La mémoire juive de Birobidjan

Publié le 10 mars 2017 sur RFI.

Inaugurée en 2004, la synagogue est censée incarner le réveil du judaïsme au Birobidjan. © Pascal Dumont

A la frontière de la Chine, dans l’Extrême-Orient russe, le Birobidjan a été créé par Staline pour les juifs d’URSS. Ancêtre soviétique d’Israël, la Région autonome juive existe toujours, mais les dépositaires de cette culture disparaissent progressivement.

Cholem Aleikheim n’a jamais mis les pieds à Birobidjan, c’est pourtant son nom que porte la rue principale de la ville. Depuis son socle orné de scènes paysannes, l’écrivain de langue yiddish observe les touristes chinois découvrant la zone piétonne tapissée de massifs de fleurs. Les publicités diffusées par les haut-parleurs en font le quartier le plus animé de la petite capitale somnolente de 75.000 habitants, quasiment la moitié de la population de la Région autonome juive. Sur ce petit territoire situé le long du fleuve Amour s’est écrite dans les années 1930 une page méconnue de l’histoire soviétique.

Lire le reportage

Photos de Pascal Dumont

A écouter aussi dans Accents d’Europe (à partir de 14’37).

Publicités